Lettre ouverte à L’imam.

Cher Imam,
J’emploierai des mots fermes, vous m’en excuserez, mais cela bourdonne inlassablement dans ma tête depuis des mois, vos idées et vos fatwas bien controversées, m’ont incité à vous adresser cette lettre (qui n’est pas vraiment une lettre formelle, puisqu’elle contient des illustrations aidant le public à mieux comprendre, la cause), vu le buzz que vous avez fait, alors je vous écris mon malaise.
Vous ne me connaissez certainement pas. Et moi, non plus. A part cette petite anecdote (à laquelle je n’ai aucune assurance) : « Zamzami est un théologien de renommé international. »
Après votre déclaration que le mariage soit un contrat qui ne s’annule guère après la mort (par fidélité ?! Non, Biensûr), en référence au Coran qui dit que le mari et sa femme peuvent le rester au paradis. La femme est donc, selon vous, permise sexuellement, à son mari même après sa mort, que vous avez dénommée : « La nécrophilie » (étant donné que ce titre ressemble partiellement et lexicalement à « la relativité » d’Albert Einstein), mais je vous rappelle Mr. L’imam, qu’en psy comme en médecine légale, la nécrophilie, quoique rare, est la plus grave des déviations sexuelles, même l’individu, doté d’un minimum de raison, le sait.
Le musulman croyant humble, que je suis, je pense, et excusez mon ignorance vis-à-vis de votre cursus, que vous faites de fausses inteprétations/compréhensions du support, ce qui peut mener à des divergences . Bien évidemment on dira que c’est la faute à l’homme et non pas au Coran, le guide de l’humanité. Et donc permettez moi d’assumer la pleine entière de vous assurer que parfois, l’erreur de compréhension n’émane que de coeurs altérés, plutôt, et ils usent de fausses interprétations pour les utiliser à leurs propres (sales) fins ! Voilà c’est dit.
Vous occupez un des postes les plus vitaux du Royaume, un pays musulman, conservateur. Ce poste qui nécessite des prises de décisions le plus souvent urgentes, mais votre réactivité à chaque phénomène polémique, ne semble pas vouloir sortir de sa léthargie.
Et après tout cela, vous vous interrogez devant nos médias nationaux – qui n’ont d’oreille que pour les dirigeants – et vous venez de faire une nouvelle sortie médiatique héroïque, pour encore vous foutre de nos mœurs, et déclarer que le recours aux sex-toys  est parfaitement légitime. Mais ce n’est pas tout. Vous avez estimé que la femme musulmane « a le droit d’utiliser des flacons, des carottes ou autres objets pour assouvir ses envies sexuelles », et là, vous êtes tombés encore plus bas.
Je pense que là, vous devez être fièrs de votre palmarès de théories inédites (pédophilie, zoophilie, nécrophilie, et dernièrement « khizophilie »), et par lesquelles -je vous assure- l’entière chance de décrocher le prix noble de la connerie, de l’année, voire du siècle.
Et pous vous éblouir, j’ai une fatwa aussi (puisque vous avez prouvé, que les « fatwas » aujourd’hui ne sont qu’une question d’improvisation),  je porte à votre connaissance que je ne suis pas connaisseur en la matière, mais vu que l’islam que j’ai connu est différent de ce que vous prétendez dire, enfin, au niveau de la sexualité.
La femme musulmane Mr. L’imam, peut assurer sa satisfaction sexuelle, (cette satisfaction, qui aux yeux de la majorité des gens, y compris vous, peut-être, représente uniquement l’homme et la femme dans un même lit). Mais en réalité, c’est une grande erreur que ne commet que celui qui ne pense qu’à son ventre et son sexe.
Il y a d’autres moyens dont chaque fille peut faire l’expérience.Il s’agit de la piété, du jeûne, de l’étude du Coran et de la lecture continue de livres utiles, de même que le fait de se préoccuper d’autres choses. Voilà c’est dit, encore une fois.
Que certains aiment faire l’amour à du plastique, c’est bien leur problème. Par contre je vois pas l’intérêt de votre avis qui ne représentent absolument rien.
Aucun des insignifiants mortels que nous sommes sur terre, ne sait définir le bien ou le mal. Aucun d’entre nous n’a la faveur particulière du créateur pour oser se considérer en porte parole et lancer des « fatwas » comme çà. Faut bien le préciser, ce qu’était le Musulman il y a 14 siècle n’est plus aujourd’hui. N’empêche quelques principes de base sont à comprendre. Mais, sachez bien, que Nôtre Dieu c’est aussi le Vôtre. sauf que si l’hypocrisie ça vous connait, on prend les choses à moitié, ou alors on choisit ce qui nous convient. Lah Yahdik ! D’ici là, je vous prie, de bien vouloir, nous foutre la paix, et focalisez vous sur les montagnes d’argent que vous fournisse votre « Grima » offerte.
Mr. L’imam, j’espère n’avoir pas dépassé les limites du convenable. Je ne peux me permettre de vous manquer de respecter, mais je ne peux pas non plus, Monsieur, insulter la Dignité des 2 milliards de musulmans.
Bien à vous,
Badr Anssar
Et merci,
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s